Problème de foie : comprendre pour mieux agir.

Les maladies hépatiques par origine

Le foie est la cible de diverses aggressions: alcool, alimentation trop grasse, toxiques et pesticides, etc. Chacune de ces causes suit son propre processus métabolique, est transformée et au final va endommager le foie. Ceci peut mener à une inflammation et une destruction des cellules hépatiques (aussi nommées hépatocytes).

A la suite de ces aggressions le foie va développer des pathologies comme la stéatose (alcoolique ou non-alcoolique) ou l’hépatite (inflammation du foie) qui vont dégenerer en d’autres pathologies plus graves telle que la cirrhose. Cette dernière peut au final évoluer vers un hépatocarcinome, une tumeur du foie.

Au début, une stéatose (infiltration graisseuse dans le foie) ou une hépatite peut être symptomatique ou asymptomatique. On parle d’hépatite asymptomatique quand il n’y a pas de signes extérieurs visibles de l’atteinte comme un œdème ou une jaunice. Les symptômes peuvent être vagues comme fatigue, manque d’appétit etc. C’est pour ça que les test sanguins sont si importants: une prise de sang permet de voir si les enzymes AST et ALT sont élevées, ce qui est le cas quand le foie est malade. (Pour plus d’information sur les test sanguins, cliquez ici )
La cirrhose par contre ne peut pas passer inaperçue (douleurs, jaunice etc).

En France on dénombre environ 700 000 cas de cirrhose (maladie du foie causée par l’alcool et/ou les graisses) en France entrainant 10 000 à 15 000 décès par an. (Source Inserm [1])

Maladies Origine Incidence
NASH Alimentation trop riche 25%
Hépatite alcoolique Alcool 20%*
Hépatite toxique Médicament / pesticides <1%

Les causes des problèmes de foie

L’excès d’alcool

Lors de la consommation d’alcool, celui-ci se retrouve rapidement dans le sang, et va ensuite être acheminé vers le foie, où il sera éliminé en deux étapes.

L’alcool va être transformé en acide acétique grace à une enzyme appelé acétaldéhyde déshydrogénase. L’acétaldéhyde est une substance particulièrement nocive qui va dégrader les membranes des cellules. Il doit normalement être transformé en acétylcoenzyme A (molécule qui joue un rôle dans la synthèse des acides gras et du cholestérol), mais cette transformation est moins rapide et moins efficace que la première, ce qui laisse donc à l’acétaldéhyde le temps de provoquer des ravages. Cela se fait par l’intermédiaire des radicaux libres: ce sont des molécules très réactives, qui vont créer une cascade d’attaques sur d’autres molécules et les détruire.

Pendant l’élimination de l’acétaldéhyde, une partie de l’acétaldéhyde est transformée en graisse. Cette graisse peut précipiter sous formes de petites goutes dans le foie : c’est ainsi qu’apparaît la stéatose alcoolique.

L’hépatite alcoolique est une autre complication liée à l’alcool qui intervient chez 20% des personnes alcooliques. C’est une inflammation du foie, le système immunitaire s’attaque aux hépatocytes parce que ceux-ci ont une composition différente que d’habitude à cause du changement au niveau des graisses.

Ces deux maladies sont encore réversibles, mais l’étape suivante - la cirrhose - ne l’est plus. Dans la cirrhose, le tissu normal du foie va être transformé en tissu fibreux par un procédé nommée fibrose. L’altération par le foie d’une cirrhose est définitive et peut évoluer ou se stabiliser mais en aucun cas disparaître. Petit à petit, le foie ne pourra plus exercer ses fonctions de filtration et de sécrétion, ce qui entraine une jaunice, des problèmes de coagulation, l’apparition de varices pouvant entrainer des hémorragies digestives.
La cirrhose est une prédisposition à la survenue d’un cancer primitif du foie.

L’exposition à des toxiques, chimique et pesticides

Le foie est également attaqué par des toxiques dangereux comme les métaux lourds (plomb, mercure, cadmium, arsenic, nickel et aluminium) qui se retrouvent dans l’air, la nourriture, la fumée de cigarette et divers objets de la vie courante.

Comme le foie filtre le sang, il rentre aussi en contact avec tous les produits toxiques assimilés par le corps. Les pesticides et autres toxiques vont provoquer sur lui des perturbations cellulaires et moléculaires majeures. Cela va aboutir à la mort de la cellule, qui va déverser ses enzymes tels que les transaminases (ASAT et ALAT) et gamma GT directement dans le sang.

De plus les toxiques ont souvent des propriétés oxydantes, ce qui favorise la nécrose et l’inflammation, et prédispose à l’installation d’un cancer.

Les polluants seraient à l’origine de 10% des insuffisances hépatiques aiguës et de 5% des ictères [2]

Médicaments

Certains médicaments sont particulièrement lourds pour le foie, et le risque est d’autant plus important si le patient est déjà atteint d’une hépatite virale (voir ci-dessous). Lors de la prise de certains médicaments on assiste à une toxiticité directe, qui dépend de la prise, de la dose et de son élimination. Une toxicité directe va abîmer le foie dès la première prise, c’est le cas pour un surdosage de paracétamol. Les facteurs individuels affectent aussi le risque (réaction allergique, mutation génétique dans les enzymes qui éliminent les médicaments).

Une toxicité peut aussi apparaître après l'usage régulier d’un médicament. Ceux contre la tuberculose et le VIH sont lourds pour le foie, mais aussi le méthotrexate peut l’abîmer. En général dans ces cas-ci il faut prendre le médicament pendant un moment avant de voir apparaître la toxicité, et celle-ci ne sera pas aussi fulgurante.

Alimentation trop riche

La consommation régulière d’ une nourriture trop riche en graisses et sucres occasionne des perturbations biologiques hépatiques.

L’apport excessif de sucres rapides (gateaux, confiseries) ingérés de façon excessive va engendrer une métabolisation de ces sucres en triglycérides par le foie ainsi qu’une augmentation du mauvais cholestérol. Lorsque que la quantité ingérée devient supérieure à la quantité que le foie peut traiter, on voit apparaître la stéatose, dans ce cas-ci une stéatose non-alcoolique ou NASH “Non Alcoolic Steato Hepatitis” (ou encore stéato-hépatite métabolique). Elle est caractérisée par une accumulation des graisses dans les cellules du foie, ce qui va rendre le foie plus vulnérable aux agressions extérieures. Cela entraîne aussi parfois des sensations d’inconfort abdominal, de fatigue et de malaise.

Virus

Les cellules du foie peuvent être abimées et fragilisées par un virus. Quand il y a inflammation, on parle “d’hépatite”. Si elle est causée par un virus, il s’agit donc d’une hépatite virale. Il y a plusieurs types de virus: A, B, C, D, ou E, qui donnent leur nom au type d’hépatite. Il y a aussi des atteintes virales dues au cytomégalovirus ou au virus d’Epstein Barr. Le virus rentre dans les cellules pour se reproduire et il en emploie les ressources à cette fin. Cela entraine la mort des cellules. En plus, le système immunitaire va réagir à la présence du virus et attaquer les cellules. Tout cela entraîne la mort des cellules.

Une meme conséquence

Lors des différentes atteintes hépatique, on aura toujours la même conséquence : la destruction des cellules du foie (aussi appelé cytolyse). Au niveau de la paroi de la cellule hépatique se trouvent de nombreuses enzymes dont : la gamma GT, la phosphatase alcaline et la 5’nucleotidase. La lyse (ou destruction) de la paroi de la cellule va déverser dans le sang ces enzymes, ainsi que celles contenus dans le cytosol tels que les transaminases (ALAT et ASAT).

La surveillance du taux sanguin de ces enzymes nous renseigne sur la bonne santé de la paroi. (voir page comprendre)

References

[1] Dossier réalisé en collaboration avec Richard Moreau, responsable de l’équipe « Complications de la cirrhose », au sein de l’unité de recherche Inserm 773, Centre de Recherche Biomédicale Bichat-Beaujon CRB3, Hôpital Beaujon, Clichy et Faculté de Médecine Xavier Bichat, Université Diderot Paris 7, Paris - Novembre 2012.

[2] Foie toxique : mécanismes lésionnels et thérapeutiques pharmacologiques spécifiques Toxic hepatitis: Mechanisms of toxicity and specific harmacological agents B. Mégarbane∗ , N. Deye, F. Baud



2 article(s)

Par ordre décroissant
  1. Nutrivitis Hépatique (anciennement Lipamine Foie)

    Nutrivitis Hépatique (anciennement Lipamine Foie)

    Complément protecteur du foie dans le cadre d'un suivi médical, à base de phosphatidylcholine adapté à la protection hépatique et gastrique.
    Phospholipides d'origine végétale garanti sans OGM.
    Traitement de 2 à 3 mois, renouvelable (1 sachet par jour).

    Attention : ce produit est désormais en rupture de stock.

    En savoir plus
    26,00 €
  2. citron

    Huile Essentielle Citron (10ml)

    Produit issu de l'agriculture Biologique.

    Citrus limon (famille des rutacées).

    Partie utilisée : zestes (écorces des fruits)

    Molécules : limonène, citrals (néral et géranial)

    Extraction : pression à froid sans solvant

    Origine : Argentine

    Rendement :  250kg pour 1kg d'HE

    En savoir plus
    7,80 €

2 article(s)

Par ordre décroissant